Skip to content

[Cinéma] Je tremble ô matador : un travelo sans divertissement

Dans Je tremble ô matador de Rodrigo Sepulveda, l'acteur Alfredo Castro renouvelle la figure du travesti pour en faire un protée fantasque et inquiétant.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Je tremble ô matador
Il faut un grand acteur pour renouveler une figure aussi rebattue que celle du travesti. Dans Je tremble ô matador de Rodrigo Sepulveda, Alfredo Castro en fait non pas une créature à plaindre ou un modèle de libération, mais plutôt un Protée sans divertissement, fantasque et inquiétant, plus masculin que féminin. Délivré de ses pénibles implications ontologiques, le travestissement devient un jeu aux règles floues qui conduit à ébaucher une romance comme on démarre un tango, un pas en avant, deux en arrière. [...]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest