Skip to content

[Cinéma] The Sadness : sang caillé

Dans son dernier film, Rob Jabbaz imagine une pandémie qui nous transformerait en zombie. Sans crescendo, versant dans le gore du début à la fin, le film propose une ambiance sans filtre ni finesse.

Partage

© The Sadness

Pour son premier film tourné à Taipei, le Canadien Rob Jabbaz (probable hommage à Rob Zombie) vise l’ultime en imaginant une pandémie qui transforme ses victimes en monstres pervers et cannibales. Belle idée printanière que d’imaginer que le COVID pourrait tous nous transformer en zombie.

Un jeune couple joli comme tout est séparé dans le chaos; se retrouvera-t-il intact plutôt qu’écumant et pratiquant des actes contre-nature dans une atmosphère de Nuit de Walpurgis ?

[...]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest