Skip to content

De la persistance du clivage droite-gauche

Grâce au « Traité de la vie élégante » de Frédéric Rouvillois, les règles de la politesse et de la bienséance à la française n'auront plus aucun secret pour vous. Sujet du jour : l’art de la table et « la persistance du clivage droite-gauche ».

Partage

© DR

« Tiens, maman, regarde, c’est bizarre, non ? De placer les couverts comme ça, la fourchette à droite et le couteau à gauche… C’est pas l’inverse, en général ? », demanda la jeune fille en faisant le tour de la table, gracieuse comme un faon mais curieuse comme une pie.

– Anna, s’il te plaît ! lui répondit sa mère en la foudroyant du regard. Ça ne se fait pas, quand on est invité, de commenter ce genre de choses ! À quinze ans, tu devrais le savoir tout de même, ce n’est pas la première fois que je te le répète !

– Allons, Charlotte, laissez-la donc s’exprimer ! pouffa E., qui venait d’entrer dans la salle à manger. La vérité sort de la bouche des enfants, nous en avons une preuve supplémentaire. D’ailleurs, vous n’ignorez pas que notre chère Chantal, quoique née Trompier-Gravier, a toujours eu, en ce qui concerne les arts de la table, des manières disons… peu conventionnelles.

– Pourquoi ça, peu conventionnelles ?

Comme dans les vaudevilles ou les feuilletons télévisés, Chantal était arrivée à l’improviste derrière lui, et avait saisi suffisamment de bribes de la conversation pour en deviner la tonalité générale. […]

Tout ceci ne tient aucun compte de la diversité, ni de la minorité trop longtemps opprimée des gauchers, ni des droitiers qui ont décidé qu'ils ne voulaient plus l'être

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest