Skip to content

De la nécessité de s’approprier le terme « conservateur »

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Benjamin de Diesbach pour L’Incorrect
Reprendre le pouvoir réclame d'imposer une terminologie. La droite a dans ce sens besoin de se proclamer enfin conservatrice. Le conservatisme connaît depuis quelques années une vogue croissante, au point que le terme « conservateur » semble sortir des oubliettes de l’histoire et de la politique où, en France, il avait été confiné depuis plus d’un siècle. Pourtant, telle n’est pas la seule raison, ni même la plus pressante, pour laquelle la droite aurait intérêt à se réapproprier ce mot. La raison principale, c’est qu’elle n’a pas le choix, du moins si elle ambitionne d’être autre chose que l’éternelle opposition d’un macronisme installé durablement au centre d’une démocratie bloquée. Si la droite n’a pas le choix, c’est d’abord parce que le président Macron a installé par ses discours, en lieu et place du traditionnel clivage droite-gauche, une dichotomie progressiste-conservateur : lui-même s’appropriant bien évidemment le terme progressiste, supposé très valorisant, et désignant l’adversaire par le terme actuellement encore très péjoratif de conservateur. C’est dans cette guerre des mots imposée par Macron qu’il importe de s’engager, et de s’organiser, afin d’espérer la remporter. Or, il existe des voies sans issues, mais une seule solution praticable (...) A découvrir dans le nouveau numéro de L'Incorrect et en ligne pour les abonnés
La suite est réservée aux abonnées. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This