Skip to content

De Robespierre aux wokes : une histoire monstrueuse de l’utopie

Ils ne sont pas neufs, contrairement à ce qu’ils imaginent : les wokes de notre temps renouvellent seulement le cauchemar totalitaire né de la Révolution française, gommer le passé, donc l’histoire, donc l’homme.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Révolution française : L'exécution de Louis XVI, place de la Révolution, collection du musée Carnavalet, Paris

Ce qui caractérise l’utopie, ce n’est pas seulement la finalité qu’elle se propose – établir sur terre ce que ses partisans considèrent comme le paradis – ce sont aussi les moyens qu’elle se propose d’utiliser pour y parvenir : éradiquer les obstacles, aplanir le terrain, éliminer les ennemis, et pour cela, liquider jusqu’au souvenir du passé où ces derniers occupaient une position dominante. L’utopie, quand ça l’arrange, n’hésite pas à pousser jusqu’au génocide : en revanche, elle ne peut jamais s’épargner le mémoricide. Dans la plénitude sans faille qu’elle prétend mettre en place, le passé, étant intrinsèquement mauvais, ne saurait subsister, même à l’état de traces, de résidu, même comme témoignage éducatif des horreurs anciennes ou comme encouragement à continuer le combat. La table rase est de rigueur : l’avenir radieux sera absolument pur, ou il ne sera pas. À cet égard, le « manichéisme total », qui selon Chantal Delsol caractérise les wokes (La Fin de la chrétienté, Éd. du Cerf), ne se distingue pas de celui des Jacobins de 1793 ou des gardes rouges de la Révolution culturelle chinoise. C’est pourquoi on peut, en observant les pratiques de ces ancêtres – car il s’agit bien de cela, d’ancêtres, et non de simples prédécesseurs – tenter d’éclairer les logiques du woke : ce qu’il fait, et ce qu’il ferait, si nul ne lui barre la route.

La table rase est de rigueur : l'avenir radieux sera absolument pur, ou il ne sera pas

« Le woke, écrit encore Chantal Delsol, ne laisse d’espoir qu’à la violence » : contre les hommes, mais aussi et d’abord contre les mots, contre les noms et les choses qui font de ces hommes une communauté en les rattachant à un passé, en les enracinant dans une expérience, une culture et une identité. Sous l’Antiquité, la « damnatio memoriæ » consistait à effacer méticuleusement toutes les traces d’un chef disparu, consul, roi, empereur ou pharaon, voire celles d’une cité, d’un peuple ou d’une civilisation, comme Rome le fit avec Carthage. Le feu et le sel, afin que plus rien ne puisse jamais pousser : l’objectif étant d’éteindre, non point une menace disparue, mais jusqu’au souvenir de son existence et des humiliations subies par ceux qui sont désormais au pouvoir. Mais ce qui à l’époque reste une procédure hors du commun devient, dans les utopies en actes qui fleurissent à partir de la Grande révolution, un moyen ordinaire, un indispensable préliminaire : il faut, note Jean Servier, « une terre vierge pour y édifier la Jérusalem purifiée » (Histoire de l’Utopie, Gallimard, 1967). [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest