Skip to content

Des hommes de SAC et de corde

Il faut se figurer qu'il a existé, sous les deux dernières Républiques, une milice politique au service d'un seul homme, à qui l'époque contemporaine voue d'ailleurs un culte immodéré – il s'appelle de Gaulle – et que ce « service d'ordre » a pu changer le cours de la vie de la France.

Partage

© DR

Né des réseaux de la résistance, le Service d'action civique (SAC), organisation de gros bras parfaitement dévoués à la cause de la grande Zohra, jouit de cette grâce d'avoir su être discret lorsqu'il le fallut (la traversée du désert avant 58) et impressionnant quand il en était besoin (contre l'OAS, durant la guerre d'Algérie). 

Cornaqué de loin par l'éternel Foccart, et organisé de près par des barbouzes comme l'étrange Pierre Debizet, le SAC que décrit François Audigier dans cette demi-somme (le livre ne s'étend que sur la décennie 58-69) se révèle vraiment comme une police politique occulte qui, réactivée pour la prise de pouvoir de de Gaulle, jouera un rôle majeur dans les crises fatidiques comme celle de 68, ou celle de l'Algérie quand bien même la majorité de ses membres était favorable au maintien. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest