Skip to content

Détruire la notion d’éthique en commission spéciale bourreaux

Manque de courage ou folie démiurgique, le projet de loi « bioéthique » vient d’être adopté en commission spéciale avant de passer en 3ème lecture à l’Assemblée Nationale à partir du 7 juin. Histoire d’agonir la famille et d’anéantir la dignité de l’être humain, le texte adopté est similaire à celui en grande partie rejeté par les sénateurs en février dernier.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Les apprentis sorciers ont à nouveau glissé dans le texte l’autorisation de créer des embryons chimériques, unissant des cellules humaines à des embryons animaux. Certains députés seraient-ils des trans-spécistes refoulés ? La recherche sur les cellules souches, qui rappelons-le engendre la destruction d’embryons humains, a également été incorporée au texte.

Sans grande surprise, l’ouverture de la procréation médicalement assistée pour les femmes seules et les couples lesbiens à évidemment été rétablie. Cet article constitue l’un des piliers du projet de loi. Effacés, les hommes sont dépossédés de leur dignité, relégués au rang de quantité négligeable. Ils peuvent désormais disparaître de la filiation et de la vie de l’enfant. Et bien sûr, la filiation fictive avec l’inscription de deux « mères » sur l’état civil de l’enfant. D’ailleurs, la mention « il n’existe pas de droit à l’enfant » a été supprimée. L’enfant devient donc officiellement un droit opposable. Jean-Louis Touraine, dont on cherche toujours la cohérence intellectuelle a tout de même eu le culot de déclarer : « L'intérêt supérieur de l'enfant est notre priorité », et de justifier l’ouverture de la PMA pour toutes par des « études rigoureuses » qui démontreraient semble-t-il que ces enfants seraient parfaitement épanouis car « très désirés ». Preuve qu’aux yeux du rapporteur de la loi, l’enfant est bien un objet réclamable, mais seulement s’il est « très désiré » (un peu comme le serait un labrador en soit). [...] 

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest