Skip to content

Dream horse : notre critique

Avec Dream horse, Euros Lyn signe un film touchant et optimiste, dans lequel une communauté ouvrière s'organise pour entraîner un cheval de course. Une sorte de Jappeloup aux Pays de Galles.

Partage

© Dream horse
Un petit coup de déprime ? Votre bonne femme qui vous a pondu une litanie de reproches en latin (ou votre mec qui une nouvelle fois a zappé la fête des mères) ou juste Marine Le Pen qui taxe Zemmour de radical en faisant un câlin à son chat ? On a le remède ! Le bon petit film « by a true story », comme c’est annoncé en générique d’ouverture avec tout ce qu’il faut d’émotions faciles mais sincères. L’histoire vraie, c’est celle de Jon Vokes, une Galloise qui, afin de s’affranchir de son quotidien morose, fonde un syndicat ouvrier pour entraîner un cheval de course. [...]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest