Skip to content

Eddy Casterman : « Nous avons l’ambition de voir parmi nos membres de nouveaux élus locaux »

Érik Tegnér fait une pause politique pour se consacrer à une aventure entrepreneuriale. Le nouveau président du collectif de droite Racines d’avenir, Eddy Casterman, confie à L’Incorrect ses ambitions pour le mouvement.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Vous succédez à Érik Tegnér à la tête de Racines d’avenir. Mais qui êtes-vous, et quel est votre parcours ?

Je suis un jeune Français comme les autres qui refuse de voir son pays se dégrader. J’ai 24 ans, je suis né, j’ai grandi et j’habite dans le Nord, et comme partout je vois bien que la France se meurt sur tous les plans. Comme beaucoup de jeunes, je suis fier de l’héritage que nous ont légué ceux qui nous ont précédés sur notre terre, et parce que je vois tout cela bafoué aujourd’hui, je pense qu’il est grand temps que la jeunesse se lève et se batte pour reprendre les choses en main. C’est pour cela que je me suis engagé en politique. D’abord chez les Républicains dont je suis resté sympathisant, et surtout chez Racines d’avenir, mouvement que nous avons fondé avec Érik Tegnér en 2018 pour se détacher des clivages partisans et enfin parler d’idées. Et comme je suis amoureux de mon territoire et que je pense que le pendant du débat idéologique, c’est l’engagement pratique, je suis également engagé dans mon village du Nord en tant qu’adjoint au maire depuis cette année. Le mandat local est vraiment un bel engagement et une responsabilité importante qui nous fait aussi prendre conscience des réalités de nos territoires. Si chacun de ceux qui partagent nos idées en avaient conscience et s’engageaient à leur niveau, alors je pense que l’on pourrait déjà changer bien des choses par subsidiarité.

Ce changement de tête implique-t-il un virage idéologique, ou dans vos rapports avec les divers partis de droite ?

Comme je vous le disais, je me suis engagé dès le départ dans l’aventure Racines d’avenir parce que je croyais au débat d’idée plus qu’à l’affrontement partisan. De ce point de vue-là rien n’a changé, et je pense toujours que si nous voulons faire gagner nos idées, cela se fera évidemment dans le dialogue et le rassemblement, et non dans la division. Il n’y a donc pas de virage idéologique, nous conservons la rectitude dans notre engagement. Avec toute l’équipe de Racines d’avenir nous gardons cette volonté de nous positionner au-dessus de la mêlée et favoriser l’issue la plus favorable qui puisse rassembler les électeurs de droite autour d’une même entité, mener à la victoire, et redresser la France. Pour ce qui est des rapports avec les divers partis de droite, je reste ouvert à tous les dialogues.

Quelle est la mission de Racines d’avenir dorénavant ?

Les nouveaux objectifs de Racines d’avenir ne sont pas en rupture avec les précédents. Nous allons continuer ce que nous avons toujours fait, c’est-à-dire rassembler les jeunes qui aiment leur pays et veulent le sauver. Pour cela nous continuerons à organiser des évènements de débat et de convivialité qui sont attendus par les jeunes. Mais avec toute l’équipe de Racines d’avenir nous avons également maintenant d’autres ambitions. Comme je vous le disais précédemment, le débat d’idées est une chose saine et nécessaire, mais la deuxième jambe de la politique, c’est l’engagement. Sans mandat, sans responsabilité, on ne fait pas changer les choses. C’est pourquoi, avec les élus locaux que compte Racines d’avenir parmi ses membres ou ses amis, nous allons créer un pôle d’élus locaux qui puissent échanger et s’entraider, mais surtout motiver et former des jeunes qui ont la volonté de s’engager sur leurs territoires. À l’approche des départementales et des régionales de 2021 nous avons une vraie ambition de voir parmi nos membres de nouveaux élus locaux. Enfin, parce que nous sommes des occidentaux et plus particulièrement des Européens, nous avons pour volonté de créer des ponts entre les différents mouvements de jeunesse conservatrice et patriote du vieux continent. Les pays européens ont un destin lié, et [...]

La suite est réservée aux abonnées. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This