Skip to content

Élection présidentielle : la France pour une civilisation de la limite

Nation politique par essence, la France doit redevenir la voix de la mesure et de la sagesse dans un monde toujours plus dangereux. En ce sens, face à l'individualisme libéral qui transgresse toute limite au nom du désir de jouissance, elle doit promouvoir le sens profond des limites.

Partage

© DR

La France est la nation politique par excellence. La politique est l'activité par laquelle un peuple se gouverne lui-même. Encore faut-il que ce peuple soit libre et avant tout, qu'il soit un peuple.  Mais la politique n'est pas une fin en soi. Elle est ce qui permet à un peuple de persévérer dans son être. Chaque peuple réalise une manière singulière d'assumer et de réaliser les propriétés communes à toute l'humanité. Chaque peuple possède son génie propre. La multiplicité des peuples manifeste la richesse de l'humanité, ses diverses facettes.

Depuis plusieurs décennies, la France tend à abandonner son génie propre au profit d'un modèle uniformisant les cultures et les modes de vie. Depuis plus de cinquante ans, la politique française a tendu essentiellement à se déposséder au profit des mécanismes d'autorégulation que sont le marché et les droits illimités de l'individu ; au profit d'instances de « gouvernance » chargés d'aménager et d'arbitrer ces mécanismes. « Gouvernance », beau leurre sémantique pour désigner la mort du gouvernement de soi ! On a cherché à convaincre la France qu'elle ne pouvait perdurer qu'en cessant d'être elle-même, en cessant de s'occuper d'elle-même ; qu'en se fondant dans des ensembles économiques, politiques et culturels dans lesquels, lui a-t-on dit, elle aurait plus de poids. On lui a expliqué qu'elle devait s'allier à l'empire américain ou encore à l'Allemagne « pour construire une Europe forte » ou encore qu'elle devait être l'avant-garde de l'humanité enfin réconciliée et indifférenciée et, à ce titre, être ouverte à tous les individus, à toutes les cultures, à tous les capitaux. Bref, on a cherché à la couper de son génie propre.[...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest