Skip to content

Éloge des pectoraux

Il était une fois une princesse obèse aux cheveux bleus qui alla sauver son freluquet serviteur des griffes de l’oppression. Bienvenue dans la dystopie de 2022, où les codes de genre n’ont plus aucun sens. La mort du désir, la mort de l’érotisme.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR
Chères lectrices, vous n’êtes plus attirées par ce beau pompier à la mâchoire carrée et aux muscles saillants. Non. La science le dit, ou à tout le moins Bernard Andrieu, philosophe et professeur en STAPS en Sorbonne. Les codes de l’attirance sexuelle changent. On choisira dorénavant son partenaire si ledit partenaire n’existe qu’en deux dimensions. Les néo-féministes y lisent un désintérêt pour les schémas traditionnels de l’attirance sexuée. Finis aussi les gentlemen aux tempes grisonnantes et aux costumes impeccables ! Ils sont relégués au rang de reliques d’un lointain passé, celui où nos idiotes de grand-mères n’avaient pas accès au chéquier ou au bon goût. Place à l’homme déconstruit, quoi que cela veuille dire. [...]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest