Skip to content

Emmanuelle Ménard : « Il y a un droit d’antériorité de la religion chrétienne »

Lors des débats en commission sur la loi contre le séparatisme, un amendement de la députée sans étiquette Emmanuelle Ménard a suscité la polémique. Elle proposait de réécrire la loi de 1905 pour réaffirmer l’héritage chrétien de la France. La gauche, Alexis Corbière en tête, s’est scandalisée : « L’extrême-droite veut réhabiliter le paradigme du régime de Vichy : nous ne laisserons pas passer ! ». La députée répond dans nos colonnes. Entretien.

Partage

© Capture d'écran YouTube

Quel était-le contenu de cet amendement qui a suscité la polémique ?

Par cet amendement, je souhaitais modifier l’article 1 de la loi de 1905 et réaffirmer que « l’Etat français, fort de son héritage chrétien, assure le libre exercice de culte et la liberté de conscience ».

Pourquoi avez-vous souhaité réécrire le premier article de la loi de 1905 ?

Je vous voulais réaffirmer ce qu’est notre pays : la France appartient à la civilisation chrétienne. Elle est pétrie de culture judéo-chrétienne. Son espace, ses paysages, ses monuments, ses musées ou encore sa littérature sont intimement liés à la civilisation judéo-chrétienne. Et, à ce titre, il ne saurait être question de mettre sur le même plan les différentes confessions pratiquées sur notre territoire. Oui, il y a un droit d’antériorité. Personne ne le conteste quand il s’agit de pays du Maghreb ou du Proche-Orient. Pourquoi ne le proclamerions-nous pas quand il s’agit de la France ? [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest