Enquête : Coups de foudre au Puy du Fou



Philippe de Villiers serait-il la nouvelle star des députés LREM ? À tour de rôle, des députés marcheurs viennent pieusement consulter le président du Mouvement pour la France. Et visiblement, ils sont sous le charme. « L’honnêteté m’oblige à vous dire que je ne suis pas socialiste. » En cet été 2016, c’est au Puy du Fou et sous le regard souriant d’un Philippe de Villiers ravi de son coup qu’Emmanuel Macron prononce la phrase qui écarte définitivement le ministre, qu’il est encore, de son protecteur François Hollande et indique un peu plus qu’il se sent prêt à demander aux Français de donner à «  la figure du roi  » son visage juvénile. Dix jours plus tard, Emmanuel Macron démissionne et se lance dans la campagne présidentielle. En juin 2017, la Vendée envoie cinq députés macronistes à l’Assemblée. Jusqu’à la circonscription du Bocage vendéen qui, après avoir élu Villiers puis des villiéristes pendant presque trois décennies, se donne à une avocate centriste. Qu’importe : quelques mois plus tard, ce sont ces mêmes dé- putés qui se pressent au Puy du Fou pour y rencontrer le grand homme de la Vendée martyrisée mais ressuscitée par ses soins. Presque un rite de passage pour ces nouveaux élus, intimidés comme des jeunes premiers en face de celui qui a conduit la Vendée pendant plus de vingt ans. La première à avoir fait le déplacement est Patricia Gallerneau, député Modem de La Roche-sur-Yon. À la fin du mois de septembre, elle rencontre, en privé, l’ancien président du conseil général de Vendée et en ressort toute (...)
Pour pouvoir lire cet article vous devez vous abonner :Notre Offre

Journaliste

pmherbreteau@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This