Skip to content

Enquête : Extinction Rebellion, tout dégrader pour le climat

Lundi 18 avril, les militants d’extrême gauche d’Extinction Rebellion ont levé le camp qu’ils ont occupé trois jours durant porte Saint-Denis à Paris, dans l’indifférence de la police, malgré des dégradations encore visibles. Qui sont ces gens ? Enquête.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Extinction Rebellion, familièrement nommé « XR », est le nom d’une campagne menée en 2018 et 2019 par l’association anglaise activiste Rising Up. Cette dernière avait été créée en 2016 par un groupe de radicaux proches de deux organisations : l’association britannique Earth First, des écolos extrémistes soupçonnés d’attentats dans les années 90, et le mouvement américain « Occupy Wall Street » d’extrême gauche. Extinction Rebellion a produit une synthèse des deux en formulant trois demandes impératives. La première est que les gouvernements du monde entier doivent déclarer l’état d’urgence climatique. La deuxième est que les émissions de carbone de la planète soient nulles d’ici 2025. La troisième concerne la création d’assemblées citoyennes pour « la justice écologique et climatique ». En bref, on arrête l’industrie, la production d’électricité et même les États. Le mouvement considère que tout le monde ne porte pas la même responsabilité dans le réchauffement climatique. C’est pourquoi XR lutte aussi pour mettre fin à la domination des hommes blancs sur le reste du vivant.

Le site français de XR est une mine de renseignements et de méthodes pour organiser une cellule locale, préparer clandestinement des actions, créer des affiches professionnelles

La campagne Extinction Rebellion de 2019 a fait du bruit. Des militants ont déversé du faux sang dans les rues de Londres au moyen d’un vrai camion de pompier. Un autre s’est collé avec de la colle très forte aux grilles de l’entrée de Downing Street. Les cinq ponts principaux de la ville ont été bloqués. Les locaux de Greenpeace et de la BBC ont été occupés. Pendant onze jours, XR a créé du chaos et il a fallu pas moins de 10 000 policiers pour y mettre fin en embarquant des centaines d’activistes, dont c’était le but. XR a pour objectif de faire plier les gouvernements en les mettant en demeure d’arrêter et d’enfermer des centaines de milliers, si ce n’est des millions de gens. Parmi les cofondateurs d’Extinction Rebellion se trouvent des professeurs d’université spécialistes des mouvements non-violents de résistance civique. Issu de l’université, le mouvement a reçu ses premiers soutiens du monde scientifique. Une centaine d’entre eux, essentiellement au Royaume-Uni, ont signé un texte au démarrage d’XR. Parmi les signataires se trouvait un ancien archevêque de Canterbury. Aux États-Unis, ils sont soutenus par le sénateur socialiste Bernie Sanders et une poignée de célébrités activistes d’ultra-gauche. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest