Skip to content

Enquête : la Présidence française du Conseil de l’UE

L’exécutif de l’Union européenne a plusieurs têtes. L’une d’elle sera présidée par la France à partir du 1er janvier. Elle offrira une tribune supplémentaire à notre président de la République. Et cela va coûter très cher.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Capture d'écran Youtube

Au sein de l’UE, le pouvoir législatif est détenue partie, sinon ce serait trop simple, par le Parlement. Le judiciaire se trouve aux mains de la Cour de Justice. Il reste l’exécutif. C’est là que l’Union devient artistique. Dans une organisation normale, l’administration obéit. Ici, elle détient une partie du pouvoir sous le nom de Commission européenne. L’autre partie appartient au Conseil européen, qui réunit les chefs d’État des pays membres. Ce conseil définit les grandes orientations et les priorités générales. Pour leur mise en œuvre, il faut voir avec la Commission et le Conseil de l’UE.

Cette dernière enceinte réunit les ministres. Elle sert à mettre de l’huile dans les rouages dans une dizaine de domaines. Il s’agit d’organiser des réunions, élaborer des compromis ou encore veiller à la cohérence et à la continuité du processus de décision. Techniquement parlant, le Conseil de l’UE dispose aussi d’une fraction du pouvoir législatif avec le Parlement. Tous les six mois, la présidence de ce conseil des ministres change. Du 1er janvier au 30 juin 2022, les Français le piloteront. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest