Skip to content

Enquête : L’association PETA, ou l’exhibition sexuelle contre l’exploitation animale

Le maire EELV de Lyon Grégory Doucet a décidé qu'aucune viande ne serait plus servie dans les cantines scolaires de sa ville. Une mesure éminemment idéologique dans le but de promouvoir un agenda antispéciste et derrière laquelle se cache des réseaux militants. C'est l'occasion idéale pour se pencher sur l'une des associations de cette galaxie : PETA (Pour une Éthique dans le Traitement des Animaux), qui utilise l'exhibition sexuelle de ses employées pour lutter contre la consommation de viande et de produits d'origine animale. Enquête.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© L'Incorrect

L’organisation PETA (Pour une Éthique dans le Traitement des Animaux) est un monstre, dans tous les sens du terme. Fondée dans les années 70 pour lutter contre les mauvais traitements infligés par l’industrie aux animaux, elle a ensuite dévié sans que ses six millions et demi de soutiens ne s’en rendent compte. Son truc désormais, c’est l’antispécisme. Les humains ne sont pas au-dessus des animaux, mais au même plan qu’eux. Donc, si vous tuez un poulet, vous commettez un meurtre. Carrément. Cette borne étant franchie, PETA n’a plus de limites.

Pour commencer, elle ne s’occupe pas des animaux, mais de lobbying et de communication en faveur de ses thèses, à hauteur de 50 millions de dollars par an. Ce budget lui permet d’employer plus de 475 personnes. L’organisation quadrille toutes les industries, et envoie plusieurs dizaines de millions de lettres par an aux politiques. Chaque jour en moyenne, elle donne dix interviews, organise neuf manifestations et euthanasie 5 animaux dans son refuge de Virginie, où des gens confiants lui apportent leurs bêtes. Il paraît qu’elles sont malades ou vieilles. Le truc de PETA est de choquer. Donc on n’hésite pas à comparer la Shoah avec les abattoirs. On s’asperge de sang. On s’enferme dans des cages. Et puis on dénude des femmes. C’est ce qui marche le mieux, surtout en France. Et comme elles sont salariées, elles sont sans doute recrutées sur le physique. L’Inspection du travail regarde ailleurs. D’autres chats à fouetter peut-être. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest