Skip to content

Enquête : Le coût de l’immigration

Alors que le ministre de l’Intérieur et le procureur de Saint-Gaudens considèrent que cinquante personnes qui déploient une banderole contre l’immigration dans la neige sont aussi dangereuses que celles qui égorgent dans les églises, décapitent dans la rue, écrasent sous les rues d’un camion ou fusillent, penchons-nous sur les coûts de l’immigration.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

D’après le Rassemblement national, qui se fonde sur une étude de 2006 des économistes Yves-Marie Laulan et Jacques Bichot, le coût de l’immigration oscillerait entre 35 et 70 milliards par an. Vu des écolos, qui citent une étude de 2006 du chercheur Lillois Xavier Chojnicki, le solde de l’immigration serait positif de 4 milliards. En 2010, l'essayiste Jean-Paul Gourévitch publiait dans la revue Contribuables associés une estimation de 30 milliards. Depuis, il est redescendu à 17,5. Pour sa part, en 2013, l’OCDE penchait pour un coût de 10 milliards. Plus près de nous, en 2018, sur le site Dreuz, Danièle Lopez faisait monter l’addition à 164 milliards. Évidemment, personne ne compte jamais les mêmes carottes. Les nôtres se trouvent exclusivement dans les comptes de l’État.

Il y a les immigrés légaux. La Cour des Comptes s’en est occupée. Dans un rapport de 2020, elle estimait leur coût à 6,57 milliards d’euros pour 2019. Dans cette somme, vous trouvez les montants investis dans les conditions d’accès et de séjour, l’accueil et l’intégration des populations déjà installées en France. Cela représente une dépense pour les 276 576 titres de séjour délivrés en 2019 de 23 754 euros par tête. Par comparaison, la même année, la France dépensait 751 milliards en mesures sociales pour ses 67 millions d’habitants, soit 11 393 euros par tête. En moyenne, l’État dépense deux fois plus pour les immigrés que pour ses citoyens. Mais ce n’est pas tout. Il manque les bénéfices fiscaux de l’immigration, le coût de l’immigration clandestine et celui des effets collatéraux de l’immigration incontrôlée. C’est là que les gens commencent à se taper dessus. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest