Skip to content

Enquête : l’Église en banqueroute ?

Contrairement aux congrégations ou aux mouvements qui peuvent compter sur les fortunes accumulées ou les dons des fidèles, les diocèses accroissent leur déficit.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Les congrégations s’en sortent plutôt bien. La France dénombre quatre cents institutions religieuses et 269 monastères. L’ensemble contient 30 000 personnes, dont 4 100 moines et moniales et 26 000 religieux apostoliques, qui vivent en communauté mais sont insérés dans la société avec un métier. Ces congrégations sont parfois très anciennes et remontent pour certaines au XIe siècle. Mais elles vieillissent. Ne dépensant pas grand-chose, elles sont assises sur un magot accumulé avec le temps. Les banques privées se bâtent pour les gérer. Leurs revenus financiers servent à gérer leur extinction progressive, la retraite et les soins de leurs membres les plus âgés. Si besoin, elles peuvent compter sur la Fondation des monastères pour les conseiller sur la meilleure façon avec laquelle « la société-mère peut percevoir les dividendes de ses filiales ». Toutefois les congrégations les plus récentes, qui ne disposent pas encore d’une fortune suffisante, ont besoin de soutien. Pour cela la Fondation dispose d’un budget de 15 à 20 millions. Les monastères et institutions religieuses ne communiquent pas sur leurs moyens. Des sources bancaires ont mentionné à L’Incorrect des capitaux s’élevant à « plusieurs dizaines de millions d’euros » pour certains. De quoi faire vivre quelques dizaines de sœurs et entretenir un portefeuille de bâtiments qui fond à mesure que les besoins diminuent. 

Après les congrégations, place aux mouvements. L’Opus Dei est assez pauvre en France avec un budget de l’ordre de 600 000 € annuels, qui lui sert à gérer ses aumôneries. La communauté de l’Emmanuel dispose de plus gros moyens. Son budget 2020 s’est élevé à 16,16 millions d’euros, l’équivalent d’un gros diocèse. Grâce à un accord avec les évêques, l’Emmanuel tape dans la dîme pour près de 3,1 millions. Cela représente moins de 20 % de son budget. L’essentiel de ses revenus provient de dons. La Communauté Saint-Martin dispose d’un budget d’1,7 millions par an mais elle a monté un fonds de partage, Proclero, dont les actifs s’élevaient au 11 mai à 64,5 millions d’euros. Le président du fonds est un abbé qui vise 100 millions d’actifs sous gestion. La société de gestion prend 1 % par an et verse « une quote-part significative » à la communauté. Du côté des traditionalistes, la Fraternité Saint-Pierre, l’Institut du Christ Roi Souverain Prêtre, les Missionnaires de la Miséricorde divine, la Fraternité Saint-Tomas Becket, l’Institut du Bon Pasteur et surtout la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X se débrouillent bien. Saint-Pie X dispose d’un budget d’une quinzaine de millions. Alors que 80 à 95 % de leurs revenus sont imprédictibles, tous parviennent à lever des emprunts bancaires qui s’élèvent parfois à plusieurs millions. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest