Skip to content

Enquête : les États-Unis recommencent à financer les Talibans

Suite à la prise de Kaboul par les Talibans, les Américains ont décidé de quitter le territoire afghan en abandonnant du matériel militaire sur place. Ce bien malheureux oubli prend pourtant tout son sens au regard du projet de gazoduc américain sur place, dont les Talibans vont assurer la sécurité pour ramasser quelques centaines de millions. Enquête.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Capture d'écran YouTube

En décembre 2020, l’universitaire américano-afghan Hanif Sufizada publiait un article sur le budget 2019-2020 des Talibans. Il représente 1,6 milliards de dollars. 20% de ce montant, dans les 416 millions, proviennent d’une taxe de 10% sur l’opium, dont le pays héberge 84% de la production mondiale. Un autre 20% est issu des mines illégales d’or, de cuivre, de fer, de marbre, de zinc et autres terres rares excavées des montagnes. Ensuite viennent l’extorsion et autres taxes sur les territoires contrôlés par les étudiants islamiques. Leurs montants ne sont pas neutres : 10% sont appliqués à la valeur des récoltes, et 2,5% à la richesse. Ce sous-ensemble compte environ 160 millions de dollars, soit 10% du budget total.

Lire aussi : Enquête : la droite et ses islamistes

Pour la petite histoire, les Talibans ont taxé des infrastructures financées par l’Occident, ainsi que les chauffeurs des camions d’approvisionnement des forces internationales. Ils ont même facturés des services du gouvernement. En 2018, le patron du fournisseur public d’électricité indiquait à la BBC que les Talibans engrangent environ 2 millions de dollars grâce à leur facture sur l’électricité gouvernementale gratuite. Il reste encore les ventes d’armement saisis lors des raids sur des postes de l’armée régulière. Par ailleurs les Talibans reçoivent des dons, essentiellement du Golfe et du Pakistan. Ces envois représentent entre 240 et 500 millions de dollars. Ce n’est pas tout. Les Talibans exportent des pièces détachées, des minerais pillés, ainsi que des graines de coquelicot (plante cousine du pavot), le tout pour 240 millions. Enfin, le groupe loue des biens immobiliers, notamment au Pakistan. Il y en a pour 60 millions annuels. Désormais les étudiants islamiques ont pris la tête d’un pays dont le dernier budget, voté en février 2021, s’élève à 6 milliards de dollars. Ils ont annoncé qu’ils vont de nouveau mettre fin au trafic d’opium et qu’ils souhaitent collaborer avec le reste du monde. Ils y ont intérêt. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest