Skip to content

Enquête : les occupations illégales de logement

L’Assemblée générale de lutte contre toutes les expulsions, ou plus simplement « l’AG », a une méthode bien particulière pour s’acquitter de sa tâche : elle organise l’occupation sauvage et illégale de logement par des migrants.

Partage

© DR

Samedi 22 janvier, l’Assemblée générale de lutte contre toutes les expulsions, communément appelée « l’AG », a revendiqué l’installation sauvage de plusieurs migrants dans une maison appartenant à la mairie d’Ouistreham, dans le Calvados. Il s’agit de la septième occupation illégale d’un logement organisé par ce mouvement en Normandie.

La maison occupée était vide depuis deux ans. La mairie avait prévu de la louer à EDF, qui en a besoin avant la construction d’une base de maintenance pour l’un de ses projets d’éoliennes offshore. Le projet ayant pris du retard, le local est resté inoccupé. Or il peut accueillir jusqu’à cinq personnes. L’AG a prévu de s’en servir pour cinquante Soudanais qui campent non loin de là. À tour de rôle, ils pourront avoir accès à des « conditions de vie décentes », a expliqué l’AG, qui a commandé des fleurs dès son arrivée, pour commencer à faire courir le délai de 48h après lequel la police ne peut plus expulser des occupants illégaux. L’AG prévoit d’attaquer systématiquement devant les tribunaux administratifs toutes les décisions préfectorales qui iront dans le sens d’une expulsion. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest