Skip to content

Enquête : quand le « Macron de Sarkozy » suspend les financements de Zemmour

Client du Crédit du Nord, Charles Gave a vu son compte bancaire suspendu après un virement pour l'association des amis d’Éric Zemmour. À la tête de la banque se trouve le brillant énarque Sébastien Proto, surnommé le « Macron de Sarkozy ». Et pour cause, l'homme a croisé la route du premier et a longuement travaillé pour le second. Enquête.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Sébastien Proto / DR

Vendredi 1er octobre, la fille de Charles Gave annonçait sur Twitter la fermeture du compte de l’homme d’affaires par sa banque – le groupe Crédit du Nord, filiale à 100% de la Société générale – sans un mot d’explication, quelques jours à peine après un virement de son père à l’association des amis d’Éric Zemmour.

Techniquement parlant, une banque a le droit de fermer n’importe quel compte de ses clients, même actif, sans avoir à en rendre compte. Nous avons interrogé le Crédit du Nord. La banque a refusé de dire combien d’autres clients ont vu leur compte fermé pour les raisons utilisées dans le cas de Charles Gave. Toutefois, on nous a assuré que les « décisions de clôture de compte respectent le cadre réglementaire et légal », et qu’elles « ne sont jamais prises sur la base de considérations d’ordre politique ». Dont acte.

Or, les banques refusent des clients ou ferment leur compte en raison des règles de conformité. Depuis la crise des subprimes, les établissements bancaires sont corsetés par un nombre de règles délirant. Pour éviter toute sanction du régulateur, les risques sont pourchassés jusqu’à l’obsession. Or, les clients comme Éric Zemmour appartiennent à la catégorie des personnes politiquement exposées (PPE).

Lire aussi : Enquête : taxer le tabac pour voter par correspondance

Il s’agit des gens qui sont, ont été ou aspirent à être chargés d’une fonction publique importante. Cette fonction peut être politique, économique ou syndicale. Ils sont considérés comme à plus haut risque car réputés avoir plus de possibilités que les citoyens ordinaires d’acquérir des actifs par des moyens illégaux comme le détournement de fonds et la corruption. Ils sont donc plus susceptibles de blanchir l’argent. Après avoir déterminé qu’un client est une PPE, les banques sont tenues d’appliquer des mesures supplémentaires de contrôle. Ces exigences sont censées être de nature préventive. Comme toutes les banques, le Crédit du Nord flique les virements de ses clients. Le mot « Éric Zemmour » a allumé des lumières à plusieurs étages. Et quelqu’un a jugé que le virement présentait un tel risque que le compte de Charles Gave devait être fermé. Il y a des gens au Crédit du Nord qui ont pensé que la banque risquait une sanction du régulateur français s’il laissait des clients donner ou prêter des fonds à l’association de financement de parti politique liée à Éric Zemmour. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest