Skip to content

Enquête : Quand les ONG font main-basse sur les océans

Derrière son lobbying d'apparence écologiste, l'ONG Pew Charitable Trusts promeut les intérêts géopolitiques américains en contraignant les autres puissances. L'exemple de l'océan Pacifique est un cas d'école. Enquête.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© L'Incorrect

Connaissez-vous Claire Nouvian et son association Bloom ? Cette dame a reçu 150 000 dollars en 2012 du Pew Charitable Trusts au nom de la préservation des océans. Grâce à cette somme, la militante a été priée « d’examiner la relation entre le financement public de la pêche en France et les pratiques de pêche non-durables ». Nous estimons qu’avec cette somme, Pew a financé un lobbyiste junior à temps plein pendant deux à trois ans chez Bloom, pour desservir les intérêts de la pêche défendus par la France à Bruxelles.

Si les États-Unis voulaient gêner les Brésiliens, les Indiens, les Chinois et les Français, ils ne s’y prendraient pas autrement

Ce Pew est une ONG américaine, pour changer. Elle se définit comme non-partisane, anti-bureaucratique et pro-américaine. Sa fortune dépasse 6 milliards de dollars, et elle dépense 380 millions par an. Son trésor vient de la famille fondatrice du même nom, magnat du pétrole dans les années 40. En 2002, le trust a pris le statut d’ONG, ce qui lui a permis de recevoir des dons et de mettre en œuvre des actions de lobbying. En 2019, Pew a déclaré 1,5 millions de dollars de dépenses internes en lobbying. Il faut ajouter 11 millions de dons à des organisations, gouvernements ou particuliers étrangers, mais aussi 3,4 millions à de la sous-traitance. Au total, elle a dépensé 15,9 millions en lobbying, ce qui est beaucoup dans ce domaine, où les montants sont généralement trois à dix fois plus modestes. C’est que Pew veut contrôler les océans.

En 2003, Pew a demandé à Leon Panetta, ancien secrétaire général de la Maison Blanche sous Bill Clinton, de présider la commission Pew sur les océans. La seule autre commission qui existait était celle du Congrès américain, présidée par le chef d’état-major de la marine. Les deux ont été fusionnées en 2005 par Georges Bush pour créer la Joint Ocean Commission Initiative, coprésidée par Panetta et le marin. Vous ne rêvez pas : l’État américain a fusionné l’un de ses bras avec une ONG. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest