Skip to content

Éric Zemmour comparaît au tribunal pour son discours à la Convention de la droite

Une nouvelle fois, Éric Zemmour fait l’actualité. Alors qu’il comparaît au Tribunal de Paris pour « injure publique » et « provocation à la haine raciale » après son fameux discours tenu en septembre lors de la Convention de la droite, l’essayiste voit fleurir partout des soutiens et son émission  Face à l’info  bat des records d’audience.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Eric Zemmour - Convention de la droite @Lincorrect
Une nouvelle fois, Éric Zemmour fait l’actualité. Alors qu’il comparaît au Tribunal de Paris pour « injure publique » et « provocation à la haine raciale » après son fameux discours tenu en septembre lors de la Convention de la droite, l’essayiste voit fleurir partout des soutiens et son émission « Face à l’info » bat des records d’audience. Rappelez-vous le 28 septembre dernier. À l’occasion de la première « Convention de la droite » organisée par le magazine L’Incorrect et les associations « Cercle Audace » et « Racine d’Avenir », qui rassembla des politiques et intellectuels de toute la droite, française et internationale, l’essayiste Éric Zemmour ouvrait le bal par un discours offensif et sans langue de bois. Il désignait les ennemis : « Aux libéraux droits-de-l’hommiste, les métropoles. Aux islamistes, les banlieues », et passait en revue tous les soi-disant bienfaits du progressisme pour mieux les attaquer : « Le progressisme est un matérialisme divinisé qui croit que les hommes sont des êtres indifférenciés, interchangeables, sans sexes ni racines, des êtres entièrement construits comme des Legos et qui peuvent être donc déconstruits par des démiurges ». Il expliqua que « l’identité est une question de vie ou de mort », évoqua les dangers de l’immigration et de l’islam « tous nos problèmes aggravés par l'immigration sont aggravés par l’islam, c’est la double peine », avant de conclure en interpellant les milliers de participants : « Les jeunes Français vont-ils accepter d’être en minorité sur la terre de leurs ancêtres ? »
La suite est réservée aux abonnée. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This