Skip to content

Espérance ruralités : Un nouvel espoir

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Il est beaucoup question des territoires perdus de la République aux portes des métropoles. Plus dure encore est la situation des territoires abandonnés de la République. Depuis un an, « Espérance Ruralités » travaille à donner aux enfants des campagnes savoir et fierté. Le collège est installé dans l’ancien Lidl, le magasin ayant déménagé pour un lieu neuf et plus grand à mi-chemin avec la commune voisine de Beautor : le discount est le seul commerce qui marche vraiment dans ce bourg où le taux de chômage des jeunes frôle les 50 %. Il n’y a quasiment plus de bars, ni de boutiques. Pourtant La Fère ne manque pas de charme. Les maisons en brique qui bordent les ruelles du centre-ville, quoiqu’en fort mauvais état, demeurent très belles. Bienvenue en France périphérique. « Espérance Ruralités » s’est installé ici dans l’Aisne à la rentrée 2017. Une commune particulièrement sinistrée sur tous les plans: chômage des jeunes, décrochage scolaire, illettrisme, familles monoparentales, La Fère est un exemple saisissant de cette France abandonnée par le gouvernement depuis des décennies, faute de clientèle électorale ou d’intérêt économique. C’est parce que La Fère est la commune la plus sinistrée du département le plus sinistré de la région la plus sinistrée de France qu’« Espérance Ruralités » s’y est implantée. Jean-Baptiste Nouailhac a grandi dans les champs de betterave qui entourent l’aéroport de Roissy. Il connaît bien ces campagnes où les gens se sentent dévalorisés, où l’essence est aussi importante que le sang, et où tout espoir social est mort depuis longtemps. Depuis qu’il a commencé à travailler à la Fondation pour l’école, il avait envie de faire quelque chose pour elles. Le mal se traite à la racine : plus que des structures sociales, des équipements municipaux, c’est la fierté qu’il est urgent de restaurer. Il a donc fondé le cours Clovis et le dirige depuis 2017. (...) À découvrir dans le dernier numéro de L’Incorrect et en ligne pour les abonnés.
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest