Skip to content

[Essais] Jean Vioulac : Marx triste 

Dans Anarchéologie, Jean Vioulac se réclame toujours plus de Marx, mais son marxisme désabusé, anti-progressiste, l’amène à revendiquer une « mélancolie de gauche » « qui serait fidélité à la promesse », et à se ranger du côté des vaincus de l’Histoire.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR
Notre époque est, en son essence, celle de la catastrophe, c’est-à-dire du nihilisme. Penser à sa mesure oblige, selon Vioulac, à radicaliser la phénoménologie de Husserl, à démanteler à sa suite les structures métaphysiques pour révéler leur arbitraire flottement au-dessus du néant. La philosophie, devenue archéologie, doit refuser l’Archè, se faire anarchique, et renouer avec sa négativité initiale. Cet anarchisme est une position ontologique fondamentale ; il s’agit, comme y invitait Nietzsche, de « lorgner de l’œil le plus méchant de tous les abîmes du soupçon ». Le regard de Vioulac est méchant certes, mais désespéré plus encore. [...]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest