Europe : vers un islam électorhalal ?

@Romée de Saint Ceran pour L'Incorrect

Si le Benelux a encore une longueur d’avance, l’islam politique avance, lentement mais sûrement, ses pions dans l’Hexagone.

« Très inquiet ce soir des scores de la liste Étudiants musulmans de France qui devient la deuxième force étudiante de l’Université d’Orléans. Le communautarisme, d’où qu’il provienne, n’a rien à faire dans ces élections. Il est urgent d’identifier à Orléans les causes de ce repli », a déclaré Yann Chaillou, ancien coordinateur MJS du Loiret et actuel assistant parlementaire de François de Rugy, à l’issue des élections étudiantes du 27 mars 2018. Un message honnête, quoique tardif, qui a suscité son lot de commentaires, forcément indignés. À l’image de celui de Mariam Eddbali, vice-présidente de l’Association européenne des étudiants en droit d’Orléans: « Je ne vois effectivement aucun communautarisme dans le programme présenté par la liste d’EMF. Juste de la haine dans ton tweet ». Carrément.

Créée en 1989 sous le nom d’Union islamique des étudiants de France, avant d’être définitivement rebaptisée en 1996, l’Association des Étudiants musulmans de France a régulièrement fait parler d’elle : en 2015, elle était pointée du doigt dans un article du Canard, au motif que les Étudiants Musulmans de France auraient pu aider le terroriste Sid Ahmed Ghlam à trouver un logement dans une résidence étudiante. De quoi jeter un peu plus de suspicion sur un mouvement considéré comme un sous-marin des Frères musulmans.

A découvrir dans le nouveau numéro de L’Incorrect et en ligne pour les abonnés

.

grobin@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This