Skip to content

Géopolitique des candidats

La course pour les élections présidentielles est déjà lancée et les thématiques de campagne paraissent bien installées: sécurité sanitaire et loi de l’emmerdement maximum pour Emmanuel Macron; «Liberté, j’écris ton nom» pour Marine Le Pen; grand remplacement pour Éric Zemmour; « Je vous assure que je suis bien de droite » pour Valérie Pécresse; et « Séparons-nous, faisons des groupes de un» pour la gauche, Mais qu’en est-il chez nos chers candidats et candidates, de la géopolitique et de la place de la France dans le monde ?

Partage

© DR

Laissons de côté pour le moment notre président-Jupiter-pas-encore-déclaré-à-sa-succession, et commençons, une fois n’est pas coutume, par la gauche de la gauche avec le pro- gramme de Jean-Luc Mélenchon. Passé la VIe Constitution, la redistribution des richesses et la légalisation du cannabis, on tombe sur la planification écologique, dont les Outre-mer doivent devenir les « territoires pilotes », avant que ne soit enclenchée la « bifurcation écologique ». Logique. Après avoir planifié, il faut bifurquer, ça fait sens, pour mieux « sortir à la fois du nucléaire et des énergies fossiles. »

L’écologie a tellement le vent en poupe qu’on en finit plus de savoir qui va bifurquer le plus loin et virer le plus vert possible. Sous l’épaisse couche de crème pâtissière renouvelable, on trouve encore quelques morceaux de souverainisme de gauche dans la pièce montée mélenchonienne : relocaliser l’industrie, défendre le souverainisme économique, dire à l’UE qu’on peut désobéir « aux règles bloquantes à chaque fois que ce sera nécessaire », sortir de l’OTAN, mettre en valeur les espaces maritimes, investir dans la recherche publique, dans le domaine spatial et la révolution numérique (en citant même le défunt projet Cyclades de Louis Pouzin !) [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest