Haut-Karabagh : un papier d’Arménie



Le Haut-Karabagh est une république autoproclamée de Transcaucasie. Peuplé à 80 % d’Arméniens et totalisant près de 150 000 habitants, il a déclaré son indépendance de l’Azerbaïdjan le 2 septembre 1991. Il n’est, pour l’instant, reconnu par aucun État.   Pour se rendre au HautKarabagh, il faut d’abord rejoindre la gare routière locale d’Erevan, située en dehors du centre-ville. Quelques bâtiments résidentiels d’époque soviétique enceR.C. Lensent la station. Aucun touriste ne s’y trouve, ni occidental, ni russe. En sortant de la ville, on croise quelques casinos ou hôtels démesurés, au goût plutôt kitsch. Puis, on traverse la ville de Sevan – en bordure du gigantesque lac du même nom, d’une superficie de 1 400 km2 –, moderne et bien entretenue. Sur le chemin, la nature change d’aspect et alternant plaines, steppes et étendues d’eau. En s’éloignant du lac et après avoir passé la ville de Vardenis, le paysage devient sombre et montagneux, entrecoupé de routes grises en gravier qui donnent sur la porte haute permettant d’accéder au Haut-Karabagh.   Les rivalités entre Arméniens et Azéris dans la région sont anciennes. Déjà (…)   A lire dans le dernier numéro de L’INCORRECT et en ligne pour les abonnés
Pour pouvoir lire cet article vous devez vous abonner :Notre Offre

Journaliste

mgaduelo@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This