Skip to content

Il n’y a plus de Débat

Jean-Paul Bolufer est haut-fonctionnaire et ancien directeur de cabinet de Christine Boutin au ministère du Logement. Intellectuel membre de plusieurs organisations catholiques, engagé au sein de La Manif pour tous, il réagit aujourd'hui à la fin de la publication du Débat.

Partage

© Gallimard
Depuis 1980, la revue Le Débat, éditée par Gallimard, constituait un des lieux importants de la pensée française. Trois personnalités, venues de la gauche, lui avaient donné un rayonnement indéniable : l’historien Pierre Nora et les philosophes Marcel Gauchet et Krzysztof Pomian. Contre Sartre mais avec Camus qui disait « Intellectuel, je suis. De gauche, je suis. Intellectuel de gauche, je ne suis pas », ils s’efforçaient depuis 40 ans de ne pas être des « intellectuels engagés » mais des hommes d’ouverture et de dialogue. Pour eux, la culture ne pouvait être asservie à une cause politique . Elle n’était pas une arme mais simplement l’expression d’une liberté, la plus haute, celle de l’esprit, illustrée par la diversité et la qualité des auteurs. Ceux-ci s’appelaient François Furet, Mona Ozouf, Alain Minc, Pierre Rosanvallon, Milan Kundera, Claude Lévi-Strauss, Michel Winock, Pascal Ory, Jean-Noël Jeanneney ou Hélène Carrère d’Encausse, parmi beaucoup d’autres.
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest