Skip to content

« Il sera très long de démonter l’opération Barkhane »

Ce jeudi 10 juin, le président de la République a annoncé la fin prochaine de l'opération Barkhane et la transformation de la présence française au Sahel, dans le sens d'un simple appui aux pays locaux. Le calendrier du retrait des troupes devrait être communiqué à la fin du mois, mais les modalités de ce recalibrage sont pour l'instant obscures. L'Incorrect interroge un officier d'état-major ayant contribué à l'opération Barkhane pour éclaircir la situation.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Dans une conférence de presse hier Macron a annoncé le retrait progressif des troupes françaises présentes au Mali dans le cadre de l’opération Barkhane. Pouvez-vous rappeler rapidement ce qu’est l’opération Barkhane ?

Il faut bien se rappeler que l’opération Barkhane est la continuation de l’opération Serval. Cette dernière, lancée en 2013, a été très courte. Elle avait été mise en place au Mali uniquement pour sauver l’État malien d’une offensive djihadiste qui était sur le point de renverser le pouvoir de Bamako. Le président malien de l’époque avait appelé la France au secours, et François Hollande avait accepté de leur venir en aide pour éviter la propagation des groupes armés islamistes.

En 2014 Serval avait atteint son objectif, mais on s’est ensuite rendu compte que ça ne suffirait pas pour résoudre la situation au Sahel. On le savait déjà, mais il est devenu évident sur le terrain que la problématique était plus large, et qu’il fallait la traiter à l’échelle régionale.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest