Matthieu Jung : « Le roman français, aujourd’hui, se prive un peu trop de descriptions »