Skip to content

Jean-Paul Garraud : « Dupond-Moretti n’est pas encore arrivé, et n’arrivera certainement jamais, à enlever sa robe d’avocat »

Sur fond d'affaire des écoutes, les syndicats de magistrats ont engagé cette semaine un véritable bras de fer avec le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti. Président de l'Association professionnelle des magistrats et député européen du Rassemblement national, Jean-Paul Garraud nous livre son analyse de cette confrontation brutale et inédite, et dresse le bilan des premiers mois du nouveau Garde des Sceaux. Entretien.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Ministère de la Justice

Mardi, les deux plus hauts magistrats de l'ordre judiciaire, Chantal Arens et François Molins, ont signé une tribune accusant Éric Dupond-Moretti de conflit d'intérêts dans l'affaire des écoutes. Que pensez-vous de cette affaire ?

Que les deux plus hauts magistrats de France signent une telle tribune contre un ministre de la Justice, c’est une première. Dans le monde de la magistrature qui est toujours un monde assez réservé, une telle action est évidemment tout à fait exceptionnelle. Elle n‘en démontre que mieux l’état d’esprit de la magistrature en général à l’encontre du garde des Sceaux. En l’espèce, il y a une référence directe à un dossier que tout le monde connaît, dans lequel Éric Dupond-Moretti avocat a fait l’objet d’écoutes téléphoniques. Ceci, évidemment, ne lui convenait pas du tout, et il a toujours dit son opposition très forte à cette pratique. Or, il se retrouve désormais ministre de la Justice, donc en position d’avoir une influence directe. C’est logiquement, que les hauts magistrats, comme d’ailleurs bon nombre de magistrats, estiment qu’il se trouve en situation de conflit d’intérêt. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest