Jean-Yves Le Gallou : «Notre objectif est aussi de mettre fin à une certaine sottise droitarde »

©DR

Ancien dirigeant et député européen du Front national, intellectuel organique de la droite identitaire, Jean-Yves Le Gallou nous accorde un entretien autour du cinquième forum de la dissidence qu’il organise avec sa fondation Polémia le 23 novembre. Il aura pour thème:«Face à la dictature Macron, les voies de la résistance » 

 

 

Quel est l’objectif de ces forums de la dissidence que la fondation Polémia organise maintenant chaque année depuis 2015 ?

 

Montrer à tous qu’il faut prendre ses distances avec les institutions françaises car elle sont détournées de leurs finalités initiales. L’État a fait la France mais il la défait aujourd’hui en poursuivant les patriotes et les identitaires et en protégeant les immigrés clandestins.

Les médias sont de moins en moins des organes d’information et de plus en plus des instruments de propagande.

La justice n’est plus rendue au nom du peuple français mais au nom du droit de tous à s’installer en France. Les médias sont de moins en moins des organes d’information et de plus en plus des instruments de propagande.

Notre objectif est aussi de mettre fin à une certaine sottise « droitarde » du genre : « j’ai confiance en la justice de mon pays », « la police avec nous », « Le Figaro est un journal de droite » et « Le Monde, un quotidien de référence »…

Et plus généralement aborder les sujets d’actualité dans une perspective de dissidence et de réinformation.

 

Quels ont été les résultats concrets de ces forums ?

 

Donner la parole à des hommes ou des femmes d’action persécutées : activistes du Printemps français, militants politiques « lâchés «  par leur direction, Identitaires ou Gilets jaunes (première manière). Montrer qu’il faut se montrer solidaires des gens courageux malmenés par le Système, les aider à livrer des combats judiciaires et les soutenir financièrement dans leurs batailles.

Les forums de la dissidence sont aussi des lieux d’échanges entre hommes et femmes poursuivant des engagements parallèles. À l’heure des réseaux, les réunions « mammifères » où les personnes se rencontrent dans la vraie vie sont indispensables.

 

Votre forum a pour thème la dictature Macron, que vous représentez dans votre communication sous les traits de Lénine. Comment définiriez-vous cette dictature où n’existe malgré tout pas de police politique?

 

Peu de pays ont officiellement une « police politique »… Ils appellent cela une « direction du renseignement » ou une « direction de la sécurité intérieure ».

Nous, nous avons la DGSI, la direction générale de la sécurité intérieure, issue de la fusion des bonasses renseignements Généraux et de la DST qui a apporté dans la corbeille de mariage ses méthodes, celles des services spéciaux : étude des métadonnées, écoutes, manipulation, infiltration. Or la DGSI ne s’intéresse pas seulement au terrorisme islamique mais aussi à toute la droite de l’échiquier politique.

Or la DGSI ne s’intéresse pas seulement au terrorisme islamique mais aussi à toute la droite de l’échiquier politique.

Par ailleurs la police a mis en place un dispositif de délation des délits d’opinion avec la plateforme Pharos. La France dispose d’ailleurs officiellement d’un service de censure avec la DILCRAH.

Quant à la répression des manifestations, elle a atteint avec celle des gilets jaunes des records : 4000 condamnations pénales, 1000 peines de prison, 400 peines de prison avec mandat de dépôt, 125 blessés graves, 25 éborgnés dont beaucoup de manifestants pacifiques. Je vous laisse imaginer ce que nos médias auraient dit si tout cela avait eu lieu en Russie, en Hongrie ou en Pologne !

 

Lire aussi : Pascal Gannat : « Je me sens plus proche de Bruno Retailleau que de certains parlementaires RN »

 

Certes mais la tenue même de votre forum prouve que les opinions dissidentes peuvent s‘exprimer ?

 

A la fin de l’Union soviétique aussi les dissidents pouvaient s’exprimer. Le régime communiste n’en restait pas moins une dictature.

Ceci étant je vous accorde que la France ce n’est pas le goulag, non c’est le moulag !

 

Qu’est-ce que le moulag ?

 

C’est une dictature non sanglante qui s’appuie sur trois piliers :

Le premier d’entre eux est la censure. Une censure qui opère par les poursuites et les condamnations judiciaires (et pas seulement Dieudonné, mais aussi Zemmour, Cassen, Tasin, Ménard, Camus et tant d’autres) ; une censure cynique qui joue du chantage publicitaire ; une censure sournoise par les fermetures de compte et le « shadow banning » sur les réseaux sociaux.

Or dans tous ces domaines Macron est à la manœuvre : par les lois qu’il fait voter (Loi « Fakenews », loi Avia), les ordres qu’il donne à ses procureurs et les pressions qu’il exerce sur les GAFA.

Le deuxième pilier du moulag est le recours à une propagande massive bien plus puissante que celle dont usèrent les régimes politiques totalitaires du XXe siècle. Une propagande qui ne se manifeste pas seulement à travers les (dés)informations à propos de l’actualité mais qui opère surtout dans la publicité, le sport, les séries, les films, les programmes scolaires.

Le dernier de ces pilier est constitué des interdits professionnels pour ceux qui s’écartent du troupeau et sont dénoncés par les chiens (ou chiennes) de garde du système. Et perdent leur emploi.

 

Ce forum a-t-il pour but de fournir une armature intellectuelle à un mouvement qui pourrait battre M. Macron dès 2022 ou s’inscrit-il dans une logique de combat idéologique de plus long terme ?

 

Polémia c’est, en quelque sorte, un atelier de munitions intellectuelles. Un centre de réflexion stratégique. Une base argumentaire. Chacun est libre d’y puiser ou non ce qui lui convient : c’est open bar !

Le Forum de la dissidence s’inscrit aussi et d’abord dans une logique de renversement de l’idéologie dominante. Préalable à tout changement politique réel.

Lire aussi : Marion Maréchal & Éric Zemmour : Faites la droite pas la guerre

 

L’idée de dissidence n’est-elle pas incompatible avec celle de conquête démocratique du pouvoir ?

 

Permettez-moi de renverser la question : dans un système de propagande massive –inégalée dans l’histoire du monde -, de censure, d’interdits professionnels, la conquête démocratique du pouvoir est-elle encore possible ? Je ne le crois pas. Il faut d’abord abattre les murs du moulag. C’est ce que nous essayons de contribuer à faire.

 

Quel sont vos relations avec les dirigeants actuels des partis de droite ? Comptez-vous sur eux pour faire parvenir au pouvoir les idées qui s’expriment au sein de ce forum ?

 

Je crois que les dirigeants des « partis de droite » sont en retard d’une guerre. Les « bébés Chirac » -. Jacob, Baroin, Pécresse – sont momifiés.

Ils ont un logiciel qui date des années 1980/1990. Quant au Rassemblement national, après 10 ans d’errance souverainiste, il est revenu à ses fondamentaux mais là encore sur un logiciel ancien : « laïcité », « lutte contre le communautarisme », « assimilation » ne correspondent plus –aux exigences d’aujourd’hui : la défense de notre identité civilisationnelle et le refus du Grand Remplacement.

Il faut néanmoins saluer du côté de LR des discours novateurs de Guillaume Larrivé ou Vincent Aubert et bien sûr d’Éric Tegnér.

Il faut néanmoins saluer du côté de LR des discours novateurs de Guillaume Larrivé ou Julien Aubert et bien sûr d’Éric Tegner. Au Rassemblement national aussi il y a des prises de conscience salutaires.

Ajoutons surtout que la Convention de la droite a ouvert des perspectives décisives en déplaçant les limites du politiquement correct. Ce n’est qu’un début, continuons le combat !

 

Propos recueillis par Ange Appino

 

 

.

Aappino@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This