Skip to content

Julien Aubert : « Les harkis symbolisent le contraire du séparatisme »

À l’occasion du 60e anniversaire des accords d’Évian, trente-trois députés LR demandent dans une lettre ouverte à l’Élysée une « indemnisation spéciale » pour les harkis et leurs ayant-droit, afin de réparer les erreurs commises par la France en quittant l’Algérie. Julien Aubert, l’un des signataires, nous explique la nécessité de cette reconnaissance. Entretien.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© julienaubert.fr

Avec une trentaine de députés LR, vous avez écrit au président de la République afin d’obtenir réparation aux harkis et à leurs ayant-droit. Quel est le sens profond de votre démarche ?

Ce qui est arrivé aux harkis est une tâche dans l’histoire de notre pays. Les harkis ont été maltraités alors qu’ils avaient défendu le drapeau. La France a eu quelques gestes pour eux mais pas d’une ampleur susceptible de réparer les dommages qui avaient été causés à leur existence. Si nous ne faisons pas cet acte de réparation à l’occasion du 60e anniversaire des accords d’Évian, il sera trop tard. Dans quelques années les harkis auront tous disparu. C’est l’occasion à la fois de prendre nos responsabilités, et pour le président de la République de rééquilibrer sa démarche, plutôt orientée pour l’instant du côté de la mémoire algérienne. Emmanuel Macron a déclaré vouloir suivre les recommandations du rapport sur « les mémoires de la colonisation et de la guerre d’Algérie » de l’historien Benjamin Stora, qui avait déclenché la colère des familles de harkis. Notre proposition vise à contrebalancer ce rapport contesté par beaucoup parce qu’il tend à accréditer la vision nationaliste algérienne du conflit.

Êtes-vous soutenus dans votre démarche par les harkis et leurs familles ?

Nous avons reçu un soutien quasi unanime de la part des familles de harkis, à l’exception d’un représentant de harkis, président d’une association, qui appelle à cesser le « misérabilisme » et qui ne souhaite pas que l’on distingue les harkis. Mais 99 % y sont favorables. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest