Skip to content

Kælan Mikla, les filles du froid

Formé en 2013 par trois étudiantes en art plastique, Kælan Mikla a connu une ascension fulgurante, passant en quelques années d’un groupe de post-punk confidentiel à la nouvelle sensation cold wave islandaise. Robert Smith ne s’est pas trompé en les invitant à son dernier concert. Malgré leur succès, les trois gamines de Reykjavik ont su garder la tête froide et le son glacial. Rencontre.

Partage

© Facebook Kaelan Mikla

Pouvez-vous nous parler de la formation de votre groupe et du choix du nom Kælan Mikla ?

Tout a commencé par un simple concours de poésie organisé par une bibliothèque de Reykjavík en 2013, auquel nous avons participé avec une performance de spoken word. Nous avons continué naturellement à faire de la musique ensemble. Kælan Mikla, c’est un personnage du dessin animé finlandais Les Moomins. Elle est la Dame du froid, qui apporte l’hiver dans la vallée des Moomins… C’est une sorte de femme fatale au look enfantin et nous avons grandi avec ce personnage.

Vous êtes très jeunes et vos influences sont plutôt celles d’une époque que vous n’avez pas connue, notamment une cold wave très marquée par les années 80.

Nous avons toutes des goûts très différents en matière de musique, mais nous recherchons effectivement les atmosphères froides et sombres. Nous n’avons jamais décidé d’un genre à jouer, c’est plutôt le genre qui nous a trouvées. Lorsque nous nous réunissons, nous essayons de faire ce que nous avons envie de faire, de continuer à bâtir cet étrange univers musical et esthétique qui s’est imposé à nous. Nous avons commencé Kælan Mikla très jeunes et nous avons grandi avec le projet, notre musique est une sorte de témoignage de notre évolution parfois troublée. Tous nos albums sont très différents mais ils dépeignent nos émotions principales, qui sont la tristesse et la colère, sans oublier de louer la nature qui nous entoure.

L’Islande est très isolée, elle est audacieuse, elle est vaste, et ces trois facteurs peuvent conduire à une sorte de radicalité artistique, bien sûr, qui se reflète probablement dans nos créations

Vous avez tourné avec le groupe français Alcest, bien connu pour son mélange de shoegaze et de black metal. Comment les avez-vous rencontrés ?

Le groupe avait entendu parler de nous et s’était intéressé à notre musique. Ils nous ont simplement contactées pour nous demander si nous voulions nous produire avec eux en tournée. La tournée elle-même a été un véritable succès et nous sommes très heureux de l’avoir vécue. Alcest, Birds in Row et nous étions un bon combo parce que nous ne jouons pas du tout le même genre de musique, mais que tous les trois étions tout de même attachés à décrire le même genre de monde à la fois sombre et beau. Ici, en Islande, la scène est petite mais toutes les musiques sont bien représentées, donc nous sommes habituées à partager une scène avec deux groupes de black metal avant un DJ set Italo Disco ! [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest