Skip to content

La Daronne : notre critique

Dans La Daronne, Jean-Paul Salomé met en scène une interprète de la brigade des stups qui devient dealeuse du tout Paris. Un film et une intrigue sans relief malgré quelques éclairs.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Les Films du Lendemain / La Boétie Films / Scope Pictures
Patience Portefeux travaille comme interprète pour la brigade des stups. Un jour, elle protège un dealeur dont la mère s’occupe de la sienne en EPHAD et, de fil en aiguille, devient une des plus grandes trafiquantes de drogue de la capitale. On aurait aimé apprécier La Daronne, d’autant que le long-métrage excelle par éclairs, quand il ose l’insouciance, servi par l’humour pince-sans-rire d’Isabelle Huppert. Mais il hésite trop entre comédie, polar et drame familial alors que la première option était la seule qui lui aurait convenu. [...]
La suite est réservée aux abonnées. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This