Skip to content

« La liberté de culte demeure une liberté fondamentale de la République »

Jeudi 29 octobre, alors que l'État interdisait les cérémonies religieuses pour la deuxième fois en sept mois, Jean-Benoît Harel a lancé avec une autre étudiante une pétition demandant au Président de la République le maintien des cérémonies publiques catholiques. Nommée Pourlamesse.fr, celle-ci a recueilli presque 55 000 signatures en 48 heures. Entretien

Partage

Comment est née cette initiative parisiano-toulousaine ? 

Catholiques convaincus, Geneviève (la deuxième co-initiatrice) et moi-même avons été alarmés par la décision du Président d’interdire les messes pendant ce deuxième confinement. Nous ne pouvions pas rester sans rien faire, et avec plusieurs autres jeunes, nous avons décidé de lancer cette pétition en ligne. Nous ne voulions pas revivre un confinement comme en mars-avril, à suivre la messe par internet. Nous sommes convaincus que la religion catholique a besoin d'incarnation, quel les fidèles se retrouvent et participent physiquement à la messe. Nous ne voulons pas passer la messe de Noël sur notre canapé, comme ce fut le cas pour la messe de Pâques. 

Depuis que les messes publiques ont repris, fin mai, un protocole sanitaire très strict est respecté dans toutes les églises de France (port du masque, distanciation sociale, distribution de gel hydroalcoolique...). Nous, catholiques, avons montré que nous étions responsables. Désormais, le gouvernement doit pouvoir protéger la liberté de culte. Nous comprenons l'urgence de la crise sanitaire, mais nous demandons une proportionnalité dans les mesures prises. Nous pointons du doigt l'incohérence du gouvernement : à partir de lundi, des classes de 30 élèves vont se réunir dans des salles plutôt petites, mais le rassemblement de catholiques dans une église ne serait pas possible ? [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest