Skip to content

La Nouvelle-Calédonie, c’est la France

La position stratégique de l’île pacifique met la France aux premières loges de l’affrontement entre la Chine et les États-Unis.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Ministère de l’Intérieur

Le net succès du « non » à l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie (96,50 %) le 12 décembre a mis fin au processus de Nouméa élaboré aux temps déjà anciens du gouvernement Jospin. Alors que les deux premiers référendums prévus par ces accords avaient vu un rétrécissement de l’écart séparant les loyalistes, essentiellement d’origine caldoche (métropolitaine) ou wallisienne, et indépendantistes, presque tous kanaks, en faveur de ces derniers, ce troisième scrutin a bénéficié de la non-participation au vote des séparatistes. Même si ces derniers ont invoqué leurs deuils (280 morts) dûs à la pandémie, ils avaient surtout compris que s’ils perdaient ce référendum à la loyale, ils n’auraient plus de moyens de recours devant la commission de décolonisation de l’ONU. Cette victoire du camp loyaliste avec seulement 43,9 % de participation implique néanmoins de nouvelles négociations pour parvenir à un accord institutionnel conciliant souveraineté française et large autonomie locale pour cet archipel, riche en nickel, de 280 000 habitants. 

Ce sont les États-Unis qui ont fini par exiger des autorités françaises qu’elles mobilisent localement l’électorat loyaliste par peur de voir la Nouvelle-Calédonie, possession française depuis 1853, tomber dans l’escarcelle chinoise

Si le dossier néo-calédonien avait été bien traité par l’équipe d’Édouard Philippe, il n’en a pas été de même par celle de Jean Castex qui semble s’être personnellement désintéressé du dossier malgré l’insistance des élus loyalistes de Nouméa à être entendus en haut-lieu. La seule préoccupation de l’Élysée avant le troisième référendum, à quelques mois de l’élection présidentielle, semble bien n’avoir été de ne déplorer aucun mort. Ce qu’on nomme le syndrome d’Ouvéa – du nom de la grotte prise d’assaut en mai 1988 par les gendarmes français dans les îles Loyauté, dépendances de la Nouvelle- Calédonie, et qui pesa sur la défaite de Jacques Chirac lors de l’élection présidentielle. Maintenant que ce scrutin s’est déroulé sans encombre, le Président de la République peut bien se féliciter du maintien de la Nouvelle-Calédonie sous pavillon français. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest