Skip to content

La reine est cancel, vive le roi !

Une association étudiante d'Oxford fait polémique après avoir décidé de décrocher un portrait de la reine Elizabeth II de sa salle de rassemblement. Les justifications invoquées sont liées au phénomène de cancel culture...qu'on ne présente plus.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Agathe Guyot pour L'Incorrect

La reine est cancel, vive le roi ! Fausse alerte, nous n’irons pas jusque-là. La Reine Elizabeth II a été victime de la cancel culture, ce mercredi 9 juin des étudiants de la brillante université d’Oxford ont décroché son portrait des murs d’une salle appartenant à leur association : la Middle common room, invoquant la période coloniale à laquelle son image renvoie. Il fallait s’y attendre, la famille royale est au Royaume-Uni l’institution traditionnelle la plus emblématique du pays. Déjà ébranlée par les accusations de racisme portées par l’actrice américaine Meghan Markle en exil outre-atlantique aux côtés du prince Harry, endeuillée par le décès du Prince Philip, la famille royale se retrouve à nouveau en proie aux tabloïds.

Le groupe d’étudiants responsable de cet outrage est composé d’élèves déjà diplômés, qui suite à un vote interne, ont décidé que ce symbole de la monarchie pouvait être blessant pour une partie des étudiants. La présidente du Magdalen College d’Oxford a rapidement pris ses distances avec l’association d’élèves de son école, en expliquant que leur acte ne représentait pas la politique de l’école, mais a toutefois souligné le droit à « la liberté d’expression et au débat politique ». Elle renchérit en expliquant que le tableau avait été accroché en premier lieu à l’initiative des élèves, en 2013, et qu’il pourrait l’être à nouveau si l’association le votait. Le président de l’association a quant à lui justifié cet acte par une raison purement esthétique : « il y a des endroits plus pertinents pour accrocher ce tableau », ainsi qu’une volonté de créer un « espace neutre » pour les étudiants, « quels que soient leurs antécédents, leurs caractéristiques démographiques ou leurs opinions ». [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest