Skip to content

LA SCIENCE-FICTION A-T-ELLE UN FUTUR ?

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Columbia TriStar Films
Quiconque est né au début des années 80, à une époque où le divertissement n’avait pas encore atteint son stade industriel, peut ressentir une impression étrange devant l’évolution de certaines contrecultures. Si la science-fiction imaginative et dissidente des années 70 était réservée à des adorateurs marginaux, les geeks, depuis, ont pris le pouvoir, et la voici aujourd’hui exploitée comme n’importe quelle culture de masse. Mais a-t-elle encore quelque chose à nous dire ? Retour sur l’histoire d’un des genres phares du XXe siècle, entre sciences dures, drogues, propagande et mysticisme. On pourrait se féliciter de cette victoire des sous-cultures : à force d’endurance et de « compositisme », elles ont su s’imposer et se départir des clichés qui les ridiculisaient aux yeux des élites culturelles. Pourtant, on a aussi le droit de ne pas se sentir totalement satisfait lorsqu’une culture dissidente se voit peu à peu réduite à une nouvelle norme. La science-fiction, à cet égard, connaît un sort singulier qu’il nous paraît pertinent d’interroger. De divertissement populaire au milieu des années 50, elle est vite devenue une institution, notamment aux États-Unis, où elle a fondé une partie de l’imaginaire collectif. Quand la réalité devient toujours plus altérée par une technologie invasive, la SF doit savoir se questionner sur son avenir en tant que genre littéraire, mais aussi en tant que prisme de lecture du monde. (...) À découvrir dans le dernier numéro de L’Incorrect et en ligne pour les abonnés.
La suite est réservée aux abonnée. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This