Skip to content

Laibach : requiem pour une dictature

Partage

Crédit : Mute Records
En ces temps de puritanisme généralisé, il est plutôt revigorant de voir que certains ne craignent pas d’adopter une atitude transgressive. C’est le cas de Laibach qui, en trente-huit ans de carrière, n’a eu de cesse de dézinguer la société du spectacle. Si le nom de Laibach résonne de manière familière pour un grand nombre d’entre nous, ce n’est certainement pas en raison de la popularité du groupe, laquelle reste toute relative. Alors, si le groupe phare de la musique industrielle parvient toujours à faire parler de lui depuis sa création à Trbovlje dans l’ex-Yougoslavie en 1980, c’est plutôt en raison d’une aura scandaleuse permanente, certainement pas à l’échelle de ses ventes de disques. Des accusations de fascisme dont il fait régulièrement l’objet, le groupe a pris le parti de rire, répondant notamment sur le ton de la boutade qu’ils étaient fascistes tout autant qu’Hitler était un grand peintre. D'ailleurs [...] Suite à lire dans le dernier l'Incorrect et en ligne pour les abonnés.
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest