Skip to content

Le Priol : nazisme version bêta

Dans la nuit de vendredi 18 à samedi 19 mars, un rugbyman argentin a été assassiné, dans le VIe arrondissement de Paris. Un ancien membre du GUD, Loïk Le Priol, est fortement soupçonné d’en être l’auteur.

Partage

© DR

Il est en cavale. Loïk Le Priol, un néonazi, est en fuite depuis qu’il est suspecté d’avoir assassiné de six coups de pistolet Federico Martin Aramburu, un ancien international de rugby argentin dans le VIe arrondissement de Paris, venu assister au match France-Angleterre qui se déroulait samedi soir. Après une altercation dans un bar, l’ancien membre du GUD aurait disparu, pour revenir vers six heures du matin en Jeep avec une arme à feu pour abattre d’une balle le rugbyman.

Loïk Le Priol est donc recherché par la brigade criminelle pour assassinat. Déjà connu des services de police, l’homme était poursuivi en justice pour avoir torturé l’un de ses camarades, un ancien cadre du GUD, en le déshabillant et le frappant avec des amis. Il avait lancé sa marque de vêtements « Babtou Solide Certifié » en 2016, destinés aux identitaires les plus radicaux : « fringues imaginées par des blancs pour des blancs »,comme le dit le slogan. Deux autres personnes, un ami et sa compagne, sont également mis en examen. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest