Skip to content

Le Québec contaminé par Black Lives Matter

Le mouvement Black Lives Matter a traversé les Grands Lacs et essaimé au Québec, où de nombreuses manifestations ont eu lieu après la mort de George Floyd. A la fin du mois de juin, une étape supplémentaire a été atteinte avec le lancement d'une pétition pour débaptiser une station de métro qui portait le nom d'un des pères du nationalisme québécois. Notre correspondante sur place raconte.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Ange Appino pour L'Incorrect
La station de métro « Lionel-Groulx » à Montréal a été ces dernières semaines au centre d’une violente polémique, depuis qu’une pétition a été lancée pour que son nom soit changé. Il est vrai que l’abbé Lionel Groulx (1878-1967), un des pères de la nation québécoise, chantre du nationalisme canadien-français et grand adversaire politique des Canadiens anglais, a tout pour déplaire aujourd’hui en la métropole progressiste. Homme blanc, religieux, traditionaliste, également écrivain d’un des plus célèbres romans de la littérature canadienne-française, L’Appel de la race, il est une cible facile.
La suite est réservée aux abonnée. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This