Skip to content

Le secret néolibéral

La nature véritable du néolibéralisme est un secret au sens le plus scabreux du terme : au sein de la bonne société des économistes tout le monde la connaît, mais il serait inconvenant d’en parler. Et pourtant notre avenir en dépend. Jean-Luc Gréau rompt ce silence en offrant aux candides que nous sommes ce petit livre qui raconte la perversion graduelle du néolibéralisme ces quarante dernières années.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Gallimard

Jean-Luc Gréau n’est pas un malappris, encore moins un fantaisiste. Il appartient au club, de plus en plus ouvert, de ceux qui, à une époque moins folle, eussent pu prétendre à une trajectoire intellectuelle parfaitement conformiste : économiste libéral de centre-droit, ancien conseiller au MEDEF, il présente toutes les garanties de la respectabilité la plus austère. Pourtant, cet ouvrage est celui d’un esprit hardi, une incitation au déniaisement économique et politique.

Le néo-libéralisme, né sur les décombres du socialisme, n’est pas, selon Gréau, le contraire du socialisme mais son envers. Il en épouse les traits, dont le principal : l’hégémonie d’une bureaucratie, en l’occurrence financière, que l’on pourrait qualifier de nomenklatura bancaire. Extérieure au monde de la production, celle-ci a créé une idéologie par laquelle elle maximise son pouvoir et partant, sa richesse. À leur insu, les traders s’apparentent donc aux techniciens du Gosplan. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest