Skip to content

Les Français contre l’UE : et le Frexit alors ?

L’eurobaromètre révélait dernièrement que la France est le pays ayant le moins confiance en l’Union européenne. Pourtant, la question du Frexit, si importante en 2017, a complètement disparu de la campagne présidentielle.

Partage

© DR

Le dernier eurobaromètre 2022 sent le soufre, du moins pour les europhiles. Si les résultats varient considérablement d’un pays à l’autre, la tendance globale (moyenne des pays non rapportée à leur population) est à la méfiance avec -4 points par rapport au printemps 2021 (52% de réponse favorable, contre 56%).

Dans le cas français, les résultats démontrent que seulement 32% de nos compatriotes font confiance à l’Union européenne. La France est ainsi le dernier pays dans le classement, talonnée de près par la Grèce (39%), l’Autriche (42%) ou encore l’Italie (45%). La tendance est à la baisse : par rapport à l’enquête de 2021, la France a perdu 7 points. De même, les Français se classent avant-derniers sur le fait de sentir citoyens européens, avec seulement 56% de réponses favorables. Sur l’euro, vingt ans après l’introduction des premiers billets, seuls 37% des Français jugent son bilan positif, ce qui nous positionne juste devant la Grèce (22%), et naturellement très loin derrière l’Allemagne (70%). Enfin, dernier indicateur intéressant : à propos des mesures prises par l’Union européenne sur la Covid, les Français sont les moins satisfaits (36%). En tout et pour tout, la France est donc le pays le plus critique à l’égard de l’Union européenne !

L’Union européenne contre nos intérêts

Cette animosité des Français à l’égard de la construction européenne n’est pas nouvelle. Dès le référendum pour Maastricht de 1992, le « oui » l’avait emporté de justesse (51%). Surtout en 2005, 55% des Français ont voté défavorablement au référendum portant sur la Constitution européenne. Pour la plupart, il s’agissait d’une perte totale de souveraineté et l’adhésion au modèle néolibéral. Ce refus du peuple n’avait pas empêché la présidence Sarkozy de ratifier le traité de Lisbonne, qui reprenait peu ou prou le texte écarté en 2005.17 ans plus tard, la défiance n’a visiblement pas reculé.

Au-delà de toutes les belles idées européistes, les plus européistes sont finalement les pays en tirant des intérêts matériels immédiats. Ainsi, les pays du Nord et de l’Est s’imposent comme les plus confiants. Suède (52%), Finlande (52%), Danemark (61 %), Allemagne (48%) ou Pays-Bas (54%) incarnent cette Europe du nord protestante qui a su tirer profit du modèle économique européen. Cas à part entière, l’Irlande (63%) prospère en tant que semi-paradis fiscal. En ce qui concerne les pays de l’est, l’Union est bien accueillie car ils y ont vu une alternative à l’hégémonie russe, d’où les résultats en Estonie (63%), Lettonie (50%), Lituanie (59%), Pologne (53%), Hongrie (58%) et Roumanie (49%). Ces pays reçoivent davantage de financements qu’ils n’en donnent. Surtout, la libre circulation leur a permis d’accueillir des usines occidentales et d’envoyer leurs travailleurs un peu partout. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest