Skip to content

Les Olympiades : notre critique

Avec Les Olympiades, Jacques Audiard fait son aggiornamento féministe : le réalisateur empile les clichés grossiers et flatte éhontément les minorités sexuelles et raciales, sans jamais traiter son sujet.

Partage

© Les Olympiades
Suppôt supposé du virilisme, Jacques Audiard fait son aggiornamento féministe avec Les Olympiades d’après plusieurs nouvelles d’un auteur de bande dessinée, Adrian Tomine : plus de femmes co-scénaristes (Céline Sciamma, Léa Mysius) et plus d’actrices que d’acteurs, histoire de montrer sa bonne volonté. Un gars, trois filles : combien de possibilités ? Pas bézéf. Combien de minorités ? Beaucoup plus. Une fois relégués les petits hétéro-blancs, masse informe d’étudiants harceleurs, les héros et héroïnes affichent fièrement leurs multi-traumatismes raciaux, économiques et/ou sexuels. La palme à un second rôle d’ado standuppeuse bègue, noire et en surpoids (que ne fut-elle aussi unijambiste ?) [...]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest