Skip to content

Tribune des généraux : le gouvernement et la gauche rejouent l’antifascisme

Dans une tribune ouverte, des généraux ont interpellé les hommes politiques sur le délitement de notre pays. Depuis qu'elle a été publiquement soutenue par Marine Le Pen, la tribune est utilisée par le gouvernement et la gauche pour faire planer l'ombre d'une supposée menace fasciste. Récit.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Depuis quelques jours, une tribune publiée par une vingtaine de généraux en retraite – déjà signés par près de 5 500 militaires de tout rang – secoue la sphère médiatique. Dans ce texte à l'initiative de Jean-Pierre Fabre-Bernadac, ancien capitaine de gendarmerie et responsable du site Place d’Armes, les militaires interpellent les gouvernants français, considérant que leur antique sens de l’honneur les obligeait à prendre publiquement position sur le délitement de « nos valeurs civilisationnelles » : « L’heure est grave, la France est en péril, plusieurs dangers mortels la menacent ». Tour à tour, ils dénoncent l’islamisme galopant qui annexe de trop nombreux morceaux de notre terre et décapite nos professeurs ; la gauche devenue raciste par antiracisme qui sape les possibilités du bien commun en créant les conditions d’émergence d’une guerre communautaire ; la violence du quotidien, celle des racailles, des manifestants et des antifas qui s’en prennent aux forces de l’ordre.

Leur solution est claire : « Appliquer sans faiblesse des lois qui existent déjà », faute de quoi le pays risque une « explosion et l’intervention de nos camarades d’active dans une mission périlleuse de protection de nos valeurs civilisationnelles et de sauvegarde de nos compatriotes sur le territoire national ». En conclusion, ils mettent en garde contre les tergiversations : « Demain la guerre civile mettra un terme à ce chaos croissant, et les morts, dont vous porterez la responsabilité, se compteront par milliers ».

Marine Le Pen approuve, les généraux temporisent

D’abord passée sous les radars médiatiques, la tribune a fait scandale après que Marine Le Pen a publiquement soutenu l’initiative, et appelé les généraux à la rejoindre : « Je vous invite à vous joindre à notre action pour prendre part à la bataille qui s’ouvre, qui est une bataille certes politique et pacifique, mais qui est avant tout la bataille de la France ». [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest