Skip to content

Liberté, égalité, médiocrité : notre critique

Révolution d’Aurélien Molas et de Gaïa Guasti était particulièrement attendue : elle met en scène une version alternative de la Révolution française dopée au vampirisme et au complot. Une série profondément bête et franchement laide.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© capture d'écran Netflix

Sorte de Twilight à l’esthétique ringarde, Révolution n’est pas une fresque historique mais une uchronie inspirée de la Révolution française dopée au vampirisme et au complot. Heureusement sans prétention idéologique (à peine une ou deux saillies sur les affreux aristos), la nouvelle série de Netflix lorgne du côté de Christopher Gans (Crying Freeman et Le Pacte des Loups) mais ne livre qu’un mauvais clip de Mylène Farmer.

Lire aussi : « La Révolution » sur Netflix, ou le totalitarisme en marche [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest