Skip to content

Libye : les transformations historiques

La compagnie pétrolière nationale de la Libye NOC s'attend à ce que sa production passe à 260 000 barils de pétrole par jour la semaine prochaine après la fin du siège de huit mois des infrastructures pétrolières. Le le blocus pétrolier a été causé par une confrontation entre le gouvernement d'union nationale, qui contrôle Tripoli et les territoires occidentaux du pays, et l'armée nationale libyenne, qui coopère avec le parlement à l'est, la Chambre des représentants.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Accord clé

La reprise de la production pétrolière est le résultat direct de l'accord annoncé le 18 septembre par le vice-président du Conseil présidentiel libyen, Ahmed Miitig, et Commandant général de l'Armée nationale libyenne Khalifa Haftar. Au début de cette année, les tribus libyennes de l'Est et du Sud ont bloqué la production et l'exportation de presque tout le pétrole. La politique de la Compagnie nationale pétrolière libyenne (NOC) et de la Banque centrale de Libye a obligé les Libyens à prendre des mesures aussi extrêmes. Les fonds provenant de la production de pétrole devaient être répartis entre toutes les régions du pays, mais les principaux fonds s'étaient installés dans la capitale, Tripoli.  Étant donné que la capitale est contrôlée par des groupes islamistes armés, l'argent du peuple libyen est allé aux islamistes. Dans le même temps, les représentants des tribus, sur les terres desquelles le pétrole était extrait, se sont battus contre ces mêmes islamistes.

Le blocus a été soutenu par Haftar, dont les troupes attaquaient Tripoli. Le gouvernement d'union nationale (GNA) basé à Tripoli, considéré comme reconnu par l'ONU mais non élu par quiconque, s'y est opposé. Le GNA a été établi en tant que gouvernement intérimaire de la Libye dans le cadre de l'Accord politique libyen de Skhirat de 2015 (Maroc). Cependant, sans ses propres structures de sécurité, le GNA est rapidement tombée sous le contrôle des islamistes et des militants, dont beaucoup, comme l'odieux ministre des affaires étrangères Fathi Bashagha, ont ensuite rejoint directement le "gouvernement". [...]

La suite est réservée aux abonnées. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This