Skip to content

L’Incomiste débat : la décroissance, une fausse bonne idée ? 1/2

La décroissance est un terme qui a fait irruption dans le débat public au milieu des années 2000. Ce terme synthétise une doctrine économique qui prône un recul de la croissance par la sobriété, pour réduire la consommation de matières brutes et d’énergie, et réduire le réchauffement climatique. Cette voie inédite dans l’Histoire est-elle une utopie dangereuse à potentiel totalitaire ou un tournant indispensable pour notre survie ? Partie 1 : La décroissance n’est pas la solution.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Le confinement a rendu la question de la décroissance encore plus actuelle. Peut-on bâtir toutes nos hypothèses économiques en postulant une croissance à l’infini du PIB ou faut-il envisager un monde sans croissance ? Lequel serait meilleur ? Si le diagnostic des décroissants est intéressant, leur solution reste aujourd’hui totalement utopique. 

A-t-on besoin d’une économie en perpétuelle croissance et peut-on bâtir notre modèle économique sur une croissance qui n’existe pas encore mais que l’on espère toujours plus forte demain ? Cette promesse ne risque-t-elle pas de s’effondrer un jour ? La croissance peut-elle d’ailleurs augmenter perpétuellement ? À quel prix humain, social et économique ? Ne faudrait-il pas plutôt faire une pause, voire décroître ? C’est sur ces interrogations légitimes que prospèrent depuis les années soixante-dix les partisans de la décroissance.

Ils soulignent qu’« on ne peut plus croître dans un monde fini », selon la formule de Vincent Liégey, les ressources de la planète étant limitées, notamment sur le plan énergétique. De plus, au plan social, la recherche infinie de croissance aliénerait l’homme au travail, générant stress, suractivité et burn-out. Enfin, sur le plan éthique, l’objectif de décroissance volontaire obligerait l’homme à une sobriété heureuse qui se traduirait par une baisse drastique de la consommation et un mode de vie plus simple. Bref, les Français cesseraient de vivre au-dessus de leurs moyens et se rendraient compte que l’on peut être heureux sans effectuer de grandes dépenses, comme beaucoup l’ont expérimenté durant le confinement. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest